Le parc des Cormailles

Situé au cœur d’Ivry-sur-Seine, le parc des Cormailles est un espace à la fois historique, culturel et dynamique.

Bouton pour aller à la carte des parcs et des espaces naturels

Informations pratiques

Horaires

  • En novembre, décembre et janvier : de 8h à 17h

  • En février : de 8h à 18h

  • En octobre et mars : de 8h à 19h

  • En septembre et avril : de 8h à 20h

  • En mai, juin, juillet et août : de 8h à 21h

Adresse

Parc départemental des Cormailles
Avenue Georges Gosnat
94200 IVRY-SUR-SEINE

Accès

Le parc des Cormailles est accessible en transports en commun :

RER C arrêt Ivry-sur-Seine
Métro ligne 7 arrêt Mairie d’Ivry
Bus 125-132-182-323-325 RATP arrêt Hôtel de ville

Présentation

Le parc des Cormailles est un ensemble de plusieurs îlots de verdure, tels que le jardin des sables, le jardin des vignes ou encore la roseraie de la famille Lévêque, les premiers rosiéristes français. Le parc dispose également d’un solarium, au sommet de la colline des lilas, et offre une multitude d’activités.

Au fil du canal, vous découvrirez les brumisateurs, les pavillons d’accueil et l’aire de glisse. Plus loin, des jeux d’escalades et des toboggans… Détente, promenade, loisirs : le parc des Cormailles est un espace familial, conçu avec et pour les habitants.

Activités

Tout au long de l’année, des animations sont proposées au parc des Cormailles : potagers pédagogiques, spectacles de marionnettes, visites guidées sur demande… Le parc participe également chaque année à l’opération nationale « Rendez-vous aux jardins ».

Equipé pour les loisirs, le parc comprend une aire de glisse (skate-board, roller), et une aire de jeux d’enfants avec pataugeoire, grands toboggans, jeux d’équilibre, jeux de bateau, structure d’escalade et brumisateurs. En période estivale, du matériel peut être emprunté à l’accueil pour pratiquer librement football (sans crampons) volley-ball et badminton.

Histoire

Tour à tour rendez-vous de chasse des seigneurs du Moyen-Age, terre agricole, berceau des mouvements révolutionnaires, quartier industriel et urbanisé puis espace vert, le parc des Cormailles recueille en ses terres l’Histoire du Val-de-Marne et de ses habitants.

Il porte le nom de l’ancien lieu-dit de l’époque agricole. Ce nom de Cormailles, fixé avant le XVIIIe siècle, est toutefois quelque peu mystérieux… Il pourrait venir du « mail des cormiers », allée bordée d’arbres où l’on pratiquait autrefois des jeux d’adresse, mais également du « fief de Cormeille », appartenant en 1260 à Godefroi de Cormellis, un bourgeois de Paris.

Paysage

Peu cultivé aujourd’hui, le « cormier » était un arbre sacré pour les fermiers celtes. En hommage à ce nom de « Cormailles », le conseil départemental a choisi de faire revivre cet arbre au cœur du parc.

Le Département a également choisi d’aménager ce parc en étroite concertation avec la population. La conception générale du parc des Cormailles est ainsi due aux paysagistes de l’agence TER, lauréats du concours européen lancé par le Département. Diversité des espaces et des essences végétales, sobriété des formes, qualité des matières et des matériaux, actions de développement durable : des partis pris très forts qui ont permis au parc d’obtenir le Grand Prix National du Paysage en 2007.

Spécificités

Noonight – Night illoominating Night, 2002-2007 par les artistes Allemands Natascha Bindzus et Holger Trülzsch

Le parc des Cormailles accueille une œuvre contemporaine extraordinaire : Noonight. Cette sculpture lumineuse intègre la lumière provoquée par les sons de la ville. Surplombant le belvédère, elle reconnait les sons environnants en temps réel et les transforment en lumières, selon un système interactif qui discerne divers sons environnants et transforme leurs fréquences en différentes compositions de lumière.

Par les artistes Allemands Natascha Bindzus et Holger Trülzsch : Noonight – Night illoominating Night, 2002-2007.

Le parc des Cormailles est un espace de respiration et de tranquillité en ville. Une étude acoustique menée par le Département en 2016 a détecté plusieurs espaces à faible exposition au bruit. Cette expérimentation vise ainsi à préserver ces « zones calmes » pour le bien-être de tous.