Le moustique tigre sous surveillance

Alors que le printemps annonce le réveil des moustiques, le Département a créé une cellule pour surveiller l’expansion de cette espèce et a commencé la pose de pièges pondoirs notamment dans les parcs départementaux.

Facile à reconnaître grâce à ses rayures noires et blanches et à sa petite taille (moins de 1 cm d’envergure), le moustique tigre est particulièrement surveillé depuis qu’il  a été placé au niveau 1 du plan national de lutte contre les maladies transmises par le moustique tigre (Aedes albopictus), en novembre 2015. Cette espèce peut transmettre des virus, comme ceux de la dengue, du chikungunya ou du zika. 
 
C’est la raison pour laquelle le Département a mis en place la Cellule de Lutte Anti-Vectorielle (CLAV), qui est en charge de la surveillance et de l’évolution du moustique tigre sur le territoire et de la lutte contre cette espèce, du 1er mai au 30 novembre (pose de pièges pondoirs, destruction de larves, enquêtes entomologiques…). En 2016, la CLAV a conclu qu’il n’y avait « aucun signe d’expansion de l’aire d’implantation du moustique tigre sur le territoire val-de-marnais. »

Tout le monde peut lutter contre la prolifération du moustique tigre



Piège pondoir dans un parc.

Pour se reproduire, le moustique tigre pond ses œufs dans des petits réservoirs d’eau stagnante, présents principalement à l'extérieur des domiciles privés (jardins, cours, terrasses) ou sur la voie publique.
 
Afin de suivre sa propagation, des pièges pondoirs sont ainsi posés dans des lieux stratégiques comme les parcs départementaux ou à proximité d'habitations. Prenant la forme de pots de fleurs recouverts d’une étiquette « Attention piège pondoir », il est important de les laisser en place sans y toucher si vous en rencontrez.
 
La solution pour éliminer les moustiques tigres est de supprimer tant que possible les lieux de ponte car les oeufs ont une forte capacité de survie dans l'environnement : il suffit d’évacuer les eaux stagnantes ou, mieux encore, de supprimer les récipients pouvant contenir de l’eau (vases, soucoupes de pots de fleur…).
 
Tous les moustiques ne sont pas Aedes albopictus. Si vous pensez avoir observé un moustique tigre, vous pouvez le signaler sur le portail http://www.signalement-moustique.fr. Ces signalements participent à la surveillance du moustique tigre afin d’évaluer sa répartition. Il est rassurant de voir que, en 2016, les 26 cas val-de-marnais signalés se sont révélés négatifs.