Musique

Parfums de musiques

En juin, profusion des couleurs et prodigalités des parfums riment avec création musicale.

Au siècle dernier, Jules Gravereaux avait instauré une tradition culturelle de spectacles dans un écrin végétal à l’extrémité de la Roseraie, le théâtre de verdure. Depuis maintenant dix ans, celle-ci a été réactivée avec la programmation des concerts « Parfums de Musiques  » grâce au concours de l’ADIAM 94 (Association départementale d’Information et d’Actions Musicales). Chaque dimanche, les auditeurs viennent se délasser, s’oxygéner l’esprit au gré des gammes des partitions musicales qui leur sont offertes. Ils succombent à l’envoûtement des vibrations des instruments de musiques et d’ambiances éclectiques qui flottent dans l’air.

 

Place aux groupes de jeunes musiciens, aux nouveaux talents et à la créativité ! A chaque année une thématique particulière, le jazz, ou au gré des musiques du monde, les rythmes orientaux, ou les traditions musicales du peuple gitan... Seuls intermèdes impromptus entre les pièces musicales interprétées, quelques chants d’oiseaux qui jalousement tentent de se mettre au diapason dans les arbres aux alentours.
Quand le soleil décline et que l’écoute est à son apogée, la musique, les parfums et les fleurs forment une douce symphonie ouvrant les portes de l’imaginaire.

En 2006, les « Parfums de Musiques » vous invitaient à un parcours libre au cœur des traditions musicales vivantes de l’Afrique sub-saharienne.

 

Par exemple, le dimanche 4 juin 2006, la chanteuse malienne Madina N’Diaye a envoûté le public de la Roseraie...
Guidée autant par son amour des mélodies mandingues, que par son engagement à la cause féminine, Madina N’Diaye occupe et revendique un statut original dans le paysage musical d’Afrique de l’Ouest. Elle est aujourd’hui la seule femme malienne à se produire sur scène en s’accompagnant de la kora, traditionnellement réservée aux hommes et à la caste des griots. Elle s’impose grâce à son talent et à sa voix unique, comme une des meilleures ambassadrices de la musique malienne.


Concert de Madina N’biaye
au Théâtre de Verdure le 4 juin 2006.
 

 

L’harmonie entre la musique et les fleurs est naturelle. Au fil des concerts « Parfums de Musiques » et de nombreux autres d’horizons variés, les mélomanes ont bien souvent été gâtés par les accords de la Roseraie. Les musiciens s’entendent à reconnaître que ce cadre en plein air, propice aux envolées musicales, vaut bien les plus luxueuses salles de concert.