Personnes âgées

Concilier sa vie professionnelle et son rôle d'aidant

C'est quoi

Afin d’accompagner un proche en perte d’autonomie importante ou en fin de vie, des dispositions sont prévues par la loi pour les salariés du privé et les fonctionnaires : elles permettent de prendre des congés spécifiques ou d’adapter le temps de travail.

Le congé de proche aidant pour les salariés du privé

Il s'adresse aux salariés qui souhaitent suspendre leur contrat de travail pour s'occuper d'un proche présentant un handicap ou une perte d'autonomie d'une particulière gravité. Ce congé, non rémunéré, est de droit pour le salarié qui en fait la demande (loi du 28 décembre 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillissement transformant le congé de soutien familial en congé de proche aidant).
Pour plus de renseignements : www.service-public.fr

La disponibilité et le temps partiel pour les fonctionnaires

Les fonctionnaires peuvent bénéficier de deux dispositifs proches du congé de proche aidant :

  • La disponibilité

Un fonctionnaire en disponibilité cesse d'exercer son activité professionnelle pendant une certaine période. Il ne bénéficie plus de sa rémunération et de ses droits à l'avancement et à la retraite. Un fonctionnaire a  le droit de demander sa disponibilité pour donner des soins à un proche, conjoint ou parent, atteint d’une maladie grave ou d'un handicap nécessitant la présence d'une tierce personne. La disponibilité est accordée pour une durée maximum de trois ans avec possibilité de renouvellement.

  • Le temps partiel de droit

Un fonctionnaire a le droit d’obtenir un temps partiel pour donner des soins à un proche, conjoint ou parent, atteint d’une maladie grave ou d'un handicap nécessitant la présence d'une tierce personne.
Pour plus de renseignements : www.service-public.fr

Le congé de solidarité familiale pour les salariés et les fonctionnaires

Le congé de solidarité familiale permet de s’absenter pour accompagner un proche en fin de vie. Sa durée maximale est de trois mois, renouvelable une fois. Avec l’accord de l’employeur, il peut être pris à temps partiel. Ce congé n’est pas rémunéré. Ce congé est de droit si le salarié remplit les conditions pour en bénéficier : il ne peut donc pas être reporté ni refusé par l'employeur.
Pour plus de renseignements : www.service-public.fr

L’allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie (AJAP)

L’AJAP, versée en cas d’accompagnement d’une personne en phase avancée ou terminale d'une affection grave et incurable, peut être attribuée au bénéficiaire d’un congé de solidarité familiale, à une personne qui suspend ou réduit son activité professionnelle (travailleur non salarié, exploitant agricole, profession libérale...) ou à un demandeur d’emploi indemnisé.

Aider son proche soi-même en étant rémunéré

Il est possible d’être rémunéré pour l'aide apportée à son proche en devenant son salarié. Il s’agit de l’emploi direct ou du gré à gré qui permet à la personne aidée de devenir l’employeur de son aidant.

  • Si la  personne en perte d’autonomie n’est pas bénéficiaire de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), elle peut employer librement toute personne, y compris un membre de sa famille, en tant qu’aide à domicile.
  • Si elle bénéficie de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), elle peut employer un membre de sa famille, à l’exception de son conjoint, concubin ou partenaire de PACS.
  • Si elle bénéficie de la prestation de compensation du handicap (PCH) elle peut employer un membre de sa famille, y compris son conjoint, concubin ou partenaire de PACS, sous certaines conditions.

L’APA et la PCH contribuent à la prise en charge des dépenses.

Pour qui

Comment